Planifier l’évaluation psychosociale: un besoin d’accompagnement incontournable.  

L’évaluation psychosociale est une démarche mystérieuse pour plusieurs, n’en ayant pas l’expérience. Cet article dresse un portrait très complet de la démarche. Lorsqu’une personne est atteinte de troubles cognitifs au stade sévère, il devient impératif de faire homologuer son mandat de protection par un notaire de confiance. Or, l’implication d’un travailleur social dans cette démarche est incontournable. Généralement, les délais d’attente pour ce service dans le réseau public sont très longs et les mandataires se tournent, de plus en plus, vers les services offerts dans le secteur privé par un travailleur social oeuvrant en pratique autonome.

Des faits rassurants concernant les travailleurs sociaux.

  • Concernant la démarche d’évaluation psychosociale, le travailleur social collabore étroitement avec le notaire choisi par la famille.
  • Également, les services des travailleurs sociaux sont encadrés par l’Ordre des travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ). L’évaluation psychosociale est un acte réservé à cette discipline.
  • Attention, les travailleurs sociaux sont des professionnels généralistes qui aident plusieurs types de clientèles et ils ne sont pas tous formés et expérimenté pour rendre une évaluation psychosociale. Ainsi, ils sont les seuls responsables de leurs perfectionnement.
  • Advenant le cas où une personne n’a pas prévu un mandat de protection avant de perde la capacité de prendre cette décision importante, d’autres recours sont possibles, notamment l’ouverture une curatelle privée. Une évaluation psychosociale est aussi requise dans ce contexte.

Le rôle du travailleur social dans le cadre de l’évaluation psychosociale.

Concrètement, le rôle du travailleur social est d’être les yeux et les oreilles sur le terrain. Il doit s’assurer que le mandataire choisi soit digne de confiance. Il doit documenter et donner son avis concernant le niveau d’inaptitude de la personne atteinte. L’objectif est de recommander un régime de protection pour la personne vulnérable: un mandat de protection ou l’ouverture d’une tutelle/curatelle.

Les principaux thèmes abordés lors de l’évaluation psychosociale:

Le travailleur social complète l’évaluation psychosociale par des entrevues auprès du mandat, du mandataire, des proches aidants, des professionnels impliqués, des employés de la résidence ou du CHSLD. Il consulte aussi plusieurs documents tels que le rapport d’évaluation médical et le mandat de protection, notamment.

Il s’intéresse à plusieurs sphères de la vie de la personne atteinte de troubles cognitifs, dont celles-ci:

  • Le contenu du mandat de protection
  • L’opinion du médecin concernant le niveau d’inaptitude de la personne évaluée
  • L’état de santé physique et mental
  • Le niveau d’autonomie et les principaux déficits physiques et cognitifs
  • Les ressources d’aide mise en place pour pallier sa perte d’autonomie
  • Les finances et sa gestion
  • Les liens sociaux entretenus et la bienveillance des personnes impliquées
  • L’opinion de la mandante concernant la démarche d’homologation et la nomination du mandataire

L’évaluation psychosociale: une démarche inconnue et stressante.

Pour le mandataire, il s’agit de montrer patte blanche. Il doit démontrer qu’il est bienveillant et disponible pour représenter une personne vulnérable. Même s’ils n’ont rien à cacher, cette démarche est souvent stressante pour les membres de la famille. Souvent, il s’agit d’un sujet douloureux et les personnes anticipent parfois de devoir en parler. Ils peuvent même parfois être émotifs. Cette réaction est fréquente et tout à fait normale. Au sujet du rôle du travailleur social, retenez qu’il est présent pour évaluer, mais il l’est tout autant pour soutenir les membres de la famille. Effectivement, il peut aussi s’avérer libérateur de raconter son histoire à une personne empathique.

Le travailleur social en pratique privée: un expert de l’évaluation psychosociale.

Également, le travailleur sociale s’avère un allier important pour répondre à des questions techniques laissées sans réponses concernant le processus d’homologation. En pratique privé, les travailleurs sociaux sont souvent des spécialistes de cette démarches: un atout précieux. Aussi, l’approche auprès de la personne atteinte est également très importante afin de lui éviter de vivre du stress. N’hésitez pas à poser des questions à ce sujet lors du premier contact. Bref, dans le meilleur scénario, l’expertise du travailleur sociale en pratique privée permet de faciliter l’expérience des familles, tout en maintenant une démarche rigoureuse pour assurer l’évaluation psychosociale.

Comment choisir un travailleur social en pratique privée pour cette démarche ?

Les services d’évaluation psychosociale en pratique privée devraient se différencier des services du réseau public: ils sont facilement et rapidement accessibles. Choisissez un travailleur social en pratique privée à temps plein. La plupart offrent ce service parallèlement à leurs fonctions dans le secteur de réseau public. Cette discipline se développe de plus en plus depuis 5 ans, mais les travailleurs sociaux en pratique privée à temps plein demeurent des ressources rares. En ayant développé son expertise à temps plein, le travailleur social sera plus expérimenté et davantage disponible pour fournir le rapport et répondre rapidement à vos appels téléphoniques.

Prenez entente avec le travailleur social. N’hésitez pas à demander des clarifications : quels sont ses honoraires? À quelle date peut-il rendre le rapport complété? Comment se déroule le processus ? Quelle est son expérience ? Quelle est son approche auprès de la personne atteinte ?

La première étape: l’évaluation médicale.

En fait, l’inaptitude est un diagnostic médical. Le médecin de famille, le médecin de la résidence pour ainé/CHSLD, le gériatre traitant ou le neurologue peuvent remplir ce document. Avant même l’implication du travailleur social, le ou la mandataire doit avoir en main le formulaire d’évaluation médicale fournies par le Curateur public du Québec. https://www.curateur.gouv.qc.ca/cura/fr/outils/publications/formulaires.html.

Également, le ou la mandataire il doit aussi fournir la déclaration sous serment signée devant le notaire choisi pour procéder à la démarche d’homologation.

Être accompagné pour préparer le processus d’homologation : un gage de succès.

Être accompagné pour cette démarche est crucial pour s’assurer que les documents sont obtenus en respectant les délais et que l’homologation du mandat est possible. Cet accompagnement, ajouté à celui d’un notaire de confiance, permet d’éviter les mauvaises surprises et de clarifier tout le processus.

Préparez votre démarche maintenant
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.